DSC00807

 

En réaction aux défilés islamophobes Pegida et aux attentats liés à Charlie Hebdo, le Conseil des musulmans en Allemagne et la communauté turque ont organisé un rassemblement mardi 13 janvier. Le président fédéral, la chancelière et le vice-chancelier étaient là. Autant pour rappeler leur solidarité avec les victimes de Paris que pour affirmer leur soutien à une communauté musulmane intégrée.

Le jour même de l’attentat, puis le 11 Janvier les manifestations Pariser Platz et ailleurs en Allemagne avaient réuni dans la spontanéité une foule émue (dont une grande part de Français)  sans qu’il y ait de prise de parole. La cérémonie du 13 Janvier est tout autre . Il s’agit d’une réaction très institutionnelle, marquée par des personnalités publiques et religieuses au discours rassembleur.

Le président fédéral Gauck, la chancelière Merkel et tous les représentants des communautés religieuses ont tenu à se joindre à la manifestation qui a réuni 10.000 personnes lors du discours fédérateur de Joachim Gauck. Le vice-chancelier Sigmar Gabriel (SPD), le ministre de l’intérieur Thomas de Maizière (CDU) et le garde des Sceaux Heiko Maas (SPD) étaient aussi présents.

DSC00769

Le public, juif, chrétien, musulman, imite comme un seul homme les politiques qui se tiennent par les coudes à la fin de la cérémonie, sur le parvis de la porte de Brandebourg aux couleurs de la France. Les participants ont tenu à venir condamner les attentats commis contre le magazine français et la communauté juive en observant une minute de silence Les mots de Gauck scellent l’union des démocrates et proclament le rejet de « L’islamisation de l’occident » dont l’antenne berlinoise « Bärgida » a défilé la veille au soir.

Le président a appelé dans un discours tous les Allemands, indépendamment de leur religion et de leur origine, à la démocratie et à l’ouverture: « Nous sommes tous l’Allemagne », a t-il dit pour conclure la cérémonie. « Nous ne vous donnons pas notre peur. Votre haine est pour nous une motivation » a terminé Joachim Gauck sous les applaudissements d’un public conquis brandissant drapeaux turcs, syriens, israéliens, palestiniens, et allemands.

Un sympathisant de Pegida, qui brandissait une affiche comparant les « médias d’Etat » à la « propagande de Goebbels » est en revanche interpellé par les policiers.

Interrogé, sur le mouvement islamophobe Pegida, Remo, trentenaire brandissant un drapeau européen, regrette que « la majorité des sympathisants ne connaissent les musulmans que par la télévision.

DSC00756

Mais je peux comprendre qu’ils aient peur de l’inconnu, moi même j’ai la chance de m’être familiarisé à l’islam en côtoyant des amis musulmans, mais chacun n’a pas cette chance. Il faudrait que les islamophobes utilisent leur raison pour aller au delà des clichés des médias. »

Merouane, jeune Allemand d’origine turque au français parfait, explique être venu « par solidaité avec la France, en mémoire des journalistes massacrés. Le rassemblement de ce  soir est un signe fort envoyé contre l’intolérance et le ressentiment chez les gens de Pegida et Bärgida.« 

DSC00802

Il affirme également ne pas craindre le mouvement islamophobe et ses possibles boutures: « ça n’existe qu’à Dresde, cela fait longtemps qu’ils nourrissent là bas un ressentiment envers les étrangers, mais ça ne posera pas un grand problème pour le pays puisque la plupart des Allemands sont ouverts et tolérants.« 

Une sérénité qui n’est pas présente chez tous les manifestants: Seyma, adolescente d’origine turque au visage fin et au voile écarlate, explique avoir déjà « un peu peur de Pegida. J’espère que ça ne va pas encore plus se développer, il y’a certainement des gens malintentionnés dans les rangs du mouvement, mais je pense aussi qu’une grande partie est contre la violence. Je le pense et l’espère en tout cas. »

DSC00814

Nadia qui agite un drapeau palestinien, avoue sa « joie d’avoir vu, au cours de la cérémonie, tous les représentants religieux unis autour d’un même but. J’ai également apprécié qu’ils rendent hommage à toutes les victimes, au policier musulman notamment, et qu’ils saluent le courage de l’employé malien ».

Après la cérémonie, la place ne désemplit pas immédiatement. Des manifestants iraniens se prennent en photo devant la Porte de Brandebourg en brandissant le drapeau national et des écriteaux anti-Rohani.

 

DSC00825

Un imam fait son apparition et se joint à la foule, enjoignant les policiers à le rejoindre pour la photo officielle.

Citant l’ancien président Christian Wulff, Angela Merkel n’a pas hésité à rappeler avant la manifestation que « l’islam appartient à l’Allemagne ».

Le symbole transmis a été fort, mais arrivera t-il à résoudre au quotidien les craintes qui traversent l’Allemagne de l’Est, à vaincre chez certains la peur de l’inconnu ?

DSC00773

Une minute de silence solennelle.

 

Download PDF
Tags :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>